– Par La Dépêche du Midi, partenaire du TMB

 

Dès le premier quart, la SIG est devant (13-5, 17-12 pour un 20-14 au final) en mixant parfaitement ses attaques sans négliger des efforts défensifs efficaces. Toulouse en était réduit à un rendement famélique (27 %) au tir et cela ne s’est pas arrangé quand la SIG a déployé une défense de zone sur laquelle les filles du Sud-Ouest se sont longtemps cassé les dents.

 

Dans la bande à Noguera, Isabelle Strunc, la capitaine, est la seule à s’illustrer. « On peut avoir des regrets sur la première mi-temps. Car après, on a su remonter », a souligné le coach toulousain. Avec jusqu’à 11 points de retard (32-21), l’affaire a paru mal embarquée. Mais les filles du Sud-Ouest ne se sont pas résignées et Brochant a trouvé ses marques devant les 945 nounours présents dans les tribunes pour meubler les lieux. Les Illkirchoises ont tiré la langue pour entraver le rendement d’une traction arrière de plus en plus pétaradante. Elles n’avaient plus que trois petits points d’avance au début du quatrième quart-temps (46-43) et n’ont mené la course qu’à la faveur de quelques exploits de Majekodunmi.

 

Strunc égalise à deux reprises
Son troisième panier de la période (54-43) n’a pas complètement ruiné la volonté toulousaine. Les visiteuses ont continué à monter en intensité pour un retour dans le rétroviseur en un claquement de doigts, Lauvergne se transformant peu à peu en une arme de dissuasion de mieux en mieux réglée (54-51 et même 56-55).

 

Dans ce contexte, le money-time a évidemment valu son pesant de cacahuètes. Strunc a égalisé à deux reprises et notamment à 35 secondes de la fin (60-60). Mais un ultime effort alsacien a permis une récupération de la balle et Dambach s’en est allée régler l’affaire en lay-up, sur une action à la « desesperado », au buzzer. « On a eu les ballons pour passer devant. Mais on les a gâchés », a conclu Xavier Noguera.

 

STRASBOURG IG 62 – TOULOUSE 60

(20-14, 12-11, 14-18, 16-17) ; arbitres : MM. Paulus et Deininger ; match disputé à huis clos.

Pour Strasbourg IG : Bourhani, Dambach (8), Majekodunmi (15), Voynet (10), Skrba (9), puis Debaut (12), Djoumoi, Johnson (3), Peytour (3), Seilly (2). 24 tirs réussis sur 61 dont 9 sur 24 à 3 points. 5 sur 12 aux lancers francs. 39 rebonds (Skrba 7). 12 passes décisives (Majekodunmi, Bourhani 3). 17 fautes.

Pour Toulouse : Mulumba (2), Brochant (13), Strunc (23), De Freitas (7), Lauvergne (9), puis Ngueko (4), Guirassy (2), Droguet. 23 tirs réussis sur 62 dont 8 sur 22 à 3 points. 6 sur 9 aux lancers francs. 42 rebonds (De Freitas, Brochant 7). 15 passes décisives (Mulumba 7). 12 fautes (Lauvergne éliminée, 38).

 

François Namur

82434215_3021240111242124_4476529273137528832_o